« ISO 16 128 – 2 » Nouvelle concurrence aux labels BIO ?

 

Vous avez certainement déjà entendu parler de la norme ISO 16 128 – 1 ? Ce n’est pas fini ! La dernière version est en phase de finalisation, vous devriez en voir le jour très prochainement…

Voici son fonctionnement :

Pourquoi ?

Lorsqu’on se pose la question de ce qui est reconnu comme « naturel, biologique, d’origine biologique, d’origine naturel » il y a encore beaucoup trop d’interrogations. Cette norme a donc pour objectif d’uniformiser leurs usages et ainsi avoir un discours commun entre les pays.

Comment ?

Il va y avoir deux éléments à prendre en compte : les ingrédients autorisés ou non dans ces cosmétiques et le pourcentage des principes naturels ou biologiques. Par exemple, certains pays accordent la présence dans leurs produits certifiés de 5% d’OGM alors que d’autres autorisent 2% voir rien du tout.

Pour quand ?

La première partie du projet « ISO 16 128 » a déjà été publiée en septembre 2016 en France. La seconde partie est en cours de validation, nous attendons le résultat fin d’année 2017.

 

L’objectif de cette norme est d’apporter plus de lisibilité au consommateur et permettre un accès plus « simplifié » aux industriels qui estiment les conditions des labels BIO trop drastiques.

En effet depuis plus de 5 ans, les principaux labels BIO européens CosmeBio, BDIH, Ecocert et Soil Association se sont réunis au sein d’un même label appelé « Cosmos Organic ». Ses conditions sont assez strictes, par exemple ils assurent un minimum de 95% de matières premières végétales certifiées bio dans un produit cosmétique. Cela peut paraître sévère mais il s’agit de satisfaire au mieux le consommateur en lui assurant et certifiant des produits de meilleures qualités et donc plus sûrs.

Nous comprendrons donc que cette nouvelle norme fasse jaser !

Nombreux sont les avis qui diffèrent entre les associations : le collectif européen Cosmos Organic déclare un risque « d’allégations trompeuses » dans nos rayons ; quant à la Fébéa, elle cherche à rassurer sur la portée de cette norme en essayant de contrer le collectif. La Fédération des entreprises de beauté explique l’usage de cette norme comme un indicateur sur la quantité d’ingrédients biologiques dans le produit. Anne Dux, directrice des affaires scientifiques de cette fédération déclare : « Cette norme n’a pas pour objectif de se prononcer sur les revendications des produits, ni d’être un label. »

N’hésitez pas à partager ou à commenter cette information, de notre côté nous ferons notre maximum pour vous tenir informé des dernières nouvelles !

 

Pour + d’informations sur la norme : https://normalisation.afnor.org/actualites/cosmetiques-naturels-bio-5-questions-pose-norme-volontaire-iso-16128/

A très vite ! 😊

 

SOURCES :

https://cosmos-standard.org/

https://www.iso.org/obp/ui/#iso:std:iso:16128:-1:ed-1:v1:fr

https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/une-norme-internationale-pour-les-cosmetiques-naturels-et-bio-fausse-bonne-nouvelle-1506690343

https://www.iso.org/fr/standards-in-action.html

 

CREDITS PHOTOS :

LOGO ISO

LOGO BDIH

LOGO COSMEBIO

LOGO SOIL ASSOCIATION

LOGO COSMOS ORGANIC

LOGO ECOCERT

LOGO ICEA

 

Article entièrement rédigé par Pérennis Consulting